Pour une Aquitaine enfin libre (de compromissions) votons Virginie Calmels !

Virginie_en_campagne_mContrairement à Valérie Pécresse dont les opposants, en Ile de France, admettent en en parlant qu’elle fait « du bon boulot », Virginie Calmels,  qui ne ménage en Aquitaine ni ses efforts ni ses effets, rencontre dans les medias de province trop peu d’audience.

La presse nationale ne s’intéresse trop souvent qu’aux « grosses pointures », aux « stars » de ce qui est hélas devenu un show médiatique dans un environnement politique à ce point compromis par les commentaires qu’il devient de plus en plus difficile de distinguer l’effet d’annonce de la réalité des faits.

Virginie Calmels a fait le choix difficile (et sans aucun doute douloureux pour toute vie de famille) de s’engager en politique. Pour sauver sa région de la torpeur où la maintient depuis 18 ans le pouvoir socialiste en place qui octroie sans compter avantages, services et privilèges à ses seuls affidés.

L’an passé cependant, de grandes villes traditionnellement « de gauche » ont basculé : Angoulême, Niort, Périgueux, Rochefort, Limoges surtout, où les habitants excédés ont mis fin à 102 ans de pouvoir socialo-communiste.

Dynamiser comme elle le mérite une aussi grande région que la future Aquitaine est un projet à la taille de cette femme d’entreprise qui SAIT ce que créer, innover mais surtout GÉRER veut dire. Elle l’a prouvé.

A l’instar de Valérie Pécresse à Paris, elle sait bien, Virginie Calmels, qu’il n’y a pas de combat perdu s’il n’a été livré. Et que celui qu’elle ont décidé d’affronter et qu’elles mènent avec succès, elles ont, avec NOUS, toutes les chances de le GAGNER !

 

Publicités

Acteurs célèbres : crise des valeurs en pleine crise immobilière ?

J’aime le cinéma et je ne hais pas les acteurs. Surtout quand ils sont bons. Certains d’entre eux deviennent parfois très célèbres, très riches, sinon très puissants. Il y a ceux qui ne revendiquent rien d’autres que l’amour d’un métier somme toute particulier puisque qu’au lieu de « travailler », on y « joue ». Cela doit être très excitant. Il y a ceux qu’on sollicite à tout propos, parce qu’après tout, ils sont des « icônes » de notre époque où l’on adore surtout les idoles, ces « monstres sacrés ».

Il y a ceux sur qui tous les medias tombent à bras raccourcis parce qu’ils disent bien haut ce que beaucoup pensent tout bas et qu’après tout, ils préfèrent vivre ailleurs qu’en France où l’Etat (aujourd’hui) « n’aime pas les riches ». Comme M. Depardieu, qui lui a cependant tant rapporté. Et tant d’autres d’ailleurs qui sont partis, eux, depuis bien plus longtemps.

propriété à vendre de Mme Deneuve en Eure et Loir
propriété à vendre de Mme Deneuve en Eure et Loir (photo Centre France)

Et puis il y ceux qui, comme Mme Deneuve n’ont cessé leur carrière durant d’afficher, en toute discrétion, leurs idées « progressistes » et leur soutien aux amis socialistes dans l’esprit « rive gauche » ou  parce que les années Mitterand (1981-1995) ont été, pour elle,   les plus prolifiques de sa longue carrière.

Connaissant (comme tout un chacun) l’élégance et l’habituelle retenue de cette dame (qui a su négocier mieux qu’une autre le respect de sa vie privée), j’imagine quel doit être aujourd’hui son désarroi de voir ainsi livrée en pâture une partie de son intimité telle que dévoilée par la presse de ce jour : elle se sépare de son petit château, une belle maison, en vérité, comme on peut le voir ici. Compte tenu de l’état du marché, elle doit vraiment avoir besoin d’argent, ou de changer de vie.

Nous savons tous à quel point les temps sont devenus difficiles en France pour les possédants et combien l’ont déjà quittée pour cette raison.

Il ne manquerait plus a présent qu’après un conseiller trop attaché aux produits de luxe, le très impopulaire président des Français perde encore en Mme Deneuve un de ses fidèles soutiens.

La boite à outils du président : c'est Laurent Gerra qui la décrit le mieux !

blackream
…. et pistolet à teinture (noire) dans la boite à outils de Laurent Gerra…

C’était sans doute le plus drôle des résumés de cette interview que je n’ai pas vue (j’ai préféré aller voir « Jappeloup »), celui qu’en a fait ce matin Laurent Gerra à Laurent Bazin (un garçon charmant)  sur RTL (la radio la plus écoutée de France). On m’excusera j’espère toutes ces parenthèses, mais je suis un peu pressée aujourd’hui,  même si je ne livre pas, comme le Salon Beige un « post » chaque jour que Dieu fait. (Ceci dit, ils me reviennent par mail et en cascade, les articles du Salon beige).

Donc, il n’avait pas grand chose à dire, le président, et on le savait. Il va encore faire fuir le peu d’entreprises qui comptaient peut-être encore s’installer en France, surtout les plus puissantes,  puisqu’il a bien confirmé qu’elles devraient payer les 75 % de taxes sur leurs très gros salaires.  On sait qu’il n’aime pas les gros chiffres,  le président, comme montre cette  image largement diffusée sur les réseaux….

Quant à la boite à outils, on en retiendra surtout la qualité de la teinture, toujours plus sombre, que sa maîtresse lui choisit (ou lui impose ?) pour masquer au bon peuple qu’il prétend (à juste titre cependant) représenter, qu’il ne se fait aucun souci – et donc aucun cheveu blanc, au service de la France et des Français. Ce ne fut pas le cas de son prédécesseur que l’on a vu blanchir sous ce harnais !

La France, un pays socialiste, et sans opposition (ou presque)

Assemblée Nationale française en 2012
Assemblée Nationale française en 2012

Voilà ce qu’est la France aujourd’hui. C’est d’ailleurs ce qu’en a librement décidément le Peuple français, puisqu’il a voté, en mai 2012, contre un Président qui l’avait déçu et par défaut pour celui qui est au pouvoir aujourd’hui. Complètement, d’ailleurs, puisqu’il n’a eu, lui, aucun scrupule à mettre en place, et dans les six premiers mois, tous ses « pions » (ou copains) comme nous le raconte le Figaro cette semaine. Là, je n’invente ni ne blasphème, c’est public.

Ceci étant, sur 577 des députés élus aux Législatives, 226 sont supposés appartenir à ce qui devrait être une « opposition ». Ce n’est pas rien, tout de même.

Alors, que s’est-il passé, ce 2 février quand, à l’Assemblée,  le premier article de la « Loi Taubira » est passé avec seulement 97 voix contre ? De quelle opposition parle-t-on ? De qui, de quoi ont-ils eu peur, ces députés soi-disant « opposés » ? De quel lobby si prégnant et si  puissant ?

Quel curieux pays que le mien, qui prétend être une démocratie mais où le Peuple n’a apparemment plus droit à la parole, où, quand un million de personnes crient dans les rues de Paris leur opposition à une loi scélérate pour l’avenir de leurs enfants,  leur masse n’est reconnue  que pour le tiers de ce qu’elle est et qualifiée par son Premier citoyen comme « consistante »?

La France serait-elle en passe de devenir ce qu’on appelait (avant 1989), une « démocratie populaire », où seule une « Nomenclature » sera bientôt fondée à profiter d’un statut « normal », celui qui fut dans des temps déjà fort reculés le statut enviable de cette « classe moyenne » qui peine de plus en plus à subsister et dont les membres les plus jeunes et très souvent les plus brillants  s’empressent de franchir  nos frontières pour aller chercher ailleurs qu’en France  un avenir plus radieux..

En leur âme et conscience, voteront-ils le "triomphe" d'un mariage absurde ?

La guerre des sexes
La guerre des sexes

Quelle que soit leur croyance, leur obédience et leur parti, nous savons que les laïcs, francs-maçons et socialistes font aujourd’hui la majorité incontestable du Parlement. Qu’ils ont pour mission de défendre bec et ongles la motion n° 31 du Président qu’ils ont élu. Donner le mariage, dans toute son acception,  aux personnes de même sexe, et quasiment sans condition.

Tout porte à croire (leur nombre), qu’ils le feront.  Nous ne pouvons plus rien espérer d’autre  qu’un sursaut de culture et  de bon sens qui tienne leur coeur et leur esprit en éveil devant les conséquences qu’à terme (dans cinquante ans), leur décision impliquera. Si l’anormalité devient la norme, les hommes et les femmes « ordinaires » auront bien des chances d’en pâtir.  Quant aux enfants……