Toucher le fond (en gris) : c'est déjà le cas pour plus de 5 millions de Français

tvnoirCeux-là n’ont plus d’emploi, du moins officiellement. Car si la France est bien près de toucher le fond, il est tout de même difficile de croire que plus de 5  millions de Français sont tombés dans la plus totale  l’indigence. Sans doute est-elle bien réelle pour une part d’entre eux, mais on peut se douter qu’une autre part survit « autrement ». La France croule sous la dette, mais surtout sous le coût de l’évasion fiscale. C’est le cas de tous les pays qui s’enfoncent, comme le nôtre, dans l’économie « grise » qui plombe les recettes d’un Etat mal conduit.

Les entreprises qui fonctionnent, et il y en a encore, peinent plus que jamais à trouver des « volontaires » pour se mettre au travail.  Dans le même temps, le chômage ne cesse de grimper. Cherchez l’erreur.  Sans doute sommes-nous dans une mauvaise passe, mais comment expliquer  que le nombre d’inscrits à Pôle Emploi ne cesse d’augmenter  autrement que par cet excès d’aides sociales qui permettent à certains de vivre sans « travailler »?

Et que fait notre Etat si mal conduit ? Il augmente les impôts pour financer toujours plus d’aide sociale qui plombe toujours un peu plus le « désir » pour les bénéficiaires d’accepter un emploi déclaré (qui obère le droit à ces aides si coûteuses aux pourvoyeurs d’impôts).

Le fait n’est pas nouveau et c’était bien le but du RSA que de remédier à la chose. Mais comme tout ce qu’a pu faire de bon le dernier Président, cela devait,  comme Carthage, être détruit.

Raison de plus pour  faire  de M. Sarkozy, sans attendre,  le chef incontesté d’une nouvelle Opposition, visionnaire et constructive qui ramène enfin la France à la place qui est la sienne et les Français dans l’espérance que leur pays devrait leur inspirer.

N’en déplaise à tous ses détracteurs, il est le seul en lice à le vouloir vraiment et surtout à en être capable. Cela n’est pas vain.

La Vision lumineuse du futur (de l'ancien) Président Sarkozy

la-republiqueM. Hollande qui ne semble décidément pas écouter ses (coûteux) conseillers, avait jugé opportun d’exposer en grande pompe son lamentable échec à mi-mandat. Il n’a pas jugé bon de se faire pardonner tous les mensonges qui l’ont porté au pouvoir au moins autant que la détestation bien orchestrée de son prédécesseur. Ni même semblé avoir compris la détresse des Français. Il ne semble d’ailleurs ni voir ni entendre.

En écoutant hier soir le discours d’intention de M.Sarkozy, j’ai retrouvé avec bonheur cet élan de vérité, de conscience, de lucidité, d’intelligence, de foi, de chaleur, de dynamisme qui transcendent, chez n’importe quel être pareillement habité, tous les petits détails physiques qui chez d’autres retiennent en premier l’attention. Quelles envolées, et quelle vision de la France et de sa République ! Celle que la notion de démocratie,  qui chaque jour s’impose davantage chez nous,  est en train de réduire à sa plus simple expression, dénuée à présent d’une grande partie de son sens : Liberté, Égalité, Fraternité.

Rendre à la France sa République, qui pour mémoire lui a coûté si cher, c’est pour le moins faire œuvre de salut public, si je puis dire. Car ce qui la définit chez nous est sans cesse bafoué :

Liberté ? Créer, entreprendre, cultiver, acquérir, vendre, posséder, soigner, enseigner, éduquer, se distraire et aussi croire : de quels choix disposons-nous vraiment par delà tant de contraintes et de charges?

Égalité ? Quelle égalité, eu égard à notre Justice, à nos Finances et à ce qu’il advient des administrés en fonction de leur état, de leurs opinions.. et de leurs juridictions ?

Fraternité ? Qu’est-elle devenue, mesurée à l’aune de l’assistanat, des abus sociaux, des flux non maîtrisés d’immigration non souhaitée, des associations et syndicats trop largement politisés et proportionnellement subventionnés ?

M. Sarkozy nous a offert hier soir trente minutes d’espoir, sans aucune vanité, mais avec la conviction et l’énergie qui le caractérisent. Il nous a rappelé, nous en avions bien besoin, que tout est encore possible en ce beau pays où ont été décernés cette année encore deux prix Nobel, dont celui d’Économie. En voyant l’état de la notre, on ne peut évidemment qu’espérer….

Acharnement, (contre N. Sarkozy), ruine mais reconstruction à venir (de l'UMP et donc de l'Opposition

logoUMP_0Le  recours demandé en janvier n’était pas forcément  une défaite annoncée. C’est bien la première fois que le Conseil Constitutionnel refuse les comptes de campagne d’un ex-Président de la République. (pour un dépassement de 2 % !!). Il est vrai qu’il fallait compter avec l’acharnement (des Sages, après tous les autres)  produit par le Pouvoir en place contre cet ancien Président tant  honni du nouveau. Un tel  degré de haine est presque invraisemblable.

souscrirIl est donc urgent, et je m’y empresse dès maintenant, d’aller verser une belle obole à cette Union pour un Parti Populaire à laquelle je n’appartiens pas, mais qui représente pour les électeurs que nous sommes une alternative raisonnable à ce qui nous serait autrement proposé : le socialisme ou le Lepenisme ( ce qui n’est pas nécessairement le meilleur choix) et qui marquerait vraiment la fin et de la Cinquième République, et celle de bien d’autres choses encore. N’oublions jamais que l’Extrême droite ne doit sa position qu’au Parti socialiste français qui n’a de perspective immédiate que d’éviter le désastre auquel ils peut s’attendre dès le prochain suffrage, l’an prochain.

Il serait vraiment réjouissant que les fonds ainsi levés atteignent des montants bien supérieurs à ceux que l’Etat français vient de refuser au titre du remboursement légal. Je parie qu’ils atteindront le double et, très sincèrement, je l’espère. Note pays  n’aurait plus  aucun avenir sans  parti d’opposition. Il en va de notre Liberté à tous !