Revoir "La vie des autres" et feu Ulrich Mühe

Ministère de la sûreté de l'Etat est-allemand
Emblème du Ministère de la sûreté de l’Etat Est-allemand (avant 1989)

Il y a des pendules qu’il convient de remettre régulièrement à l’heure, surtout quand se propagent  ces haines recuites vis-à-vis   des régimes libéraux, de leurs politiques d’ouverture, de ce que certains nostalgiques d’enfers qu’ils n’ont pas connu qualifient arbitrairement et sans même y réfléchir d’ultra-libéralisme, de mondialisation sauvage ou, assez anciennement d’ailleurs, d’horreur économique. Ce film plus que d’autres y contribue.

Il devrait  laisser songeurs ceux qui, dans notre beau pays rêvent encore d’un « grand soir » qui ne serait pour eux qu’une orgie de terreur pour tous leurs opposants. Ce qu’ont vécu les Allemands de l’Est, de 1945 à 1989 est probablement pire encore que ce que connurent les Soviétiques  à la même période et surtout vers la fin. On ne plaisantait pas sous Honecker, alors que « Gorby » annonçait déjà le changement. Les Tchèques et les Hongrois n’eurent vraiment rien à leur envier comme nous le rappelait dernièrement Michel Guenassia dans cette « Vie rêvée d’Ernesto G. » en Tchékoslovaquie (mais bien d’autres avant lui)

Sans doute les moins de trente ans n’ont-ils même pas connu le Mur et ce qu’il cachait de souffrances, pour ceux qui avaient le malheur de regarder à l’Ouest, de rêver simplement d’une vie qui ne serait sans cesse épiée et dénoncée par leurs voisins. De ce point de vue, le rôle d‘Ulrich Mühe est vraiment grandiose ici : sa transformation subtile, au fur et à mesure que cet irréprochable fonctionnaire de la Sûreté gagne en ‘humanité en découvrant,  à la faveur de ses écoutes tous les possibles qui peuvent jaillir de l’amour, de la réflexion et de la liberté.  Fasciné par la belle Christina, on le devine horrifié par la convoitise de son ministre avant de le voir peu à peu perdre toute certitude et progressivement se tasser, rétrécir jusqu’à devenir ce personnage quasi transparent qui, pour avoir trahi, n’est plus rien après avoir tant été. Pire, qui n’a plus envie, des années de liberté plus tard, de redevenir qui que ce soit,  définitivement broyé par le système qu’il avait si bien servi.

 

Aimer son Ennemi

449px-The_PrisonerDans la tonitruance médiatique des célébrations de Berlin, Arte nous a servi ce soir un de ces contre-exemples qui invitent à la réflexion sur la réalité des choses. Certes son titre assez ridicule « la prison de l’amour » ne laissait rien supposer de la qualité de ce film allemand de Connie Walther (qui sera rediffusé le 15 novembre) et qui nous dit-on scandalisa – on peut a priori les comprendre- les victimes de la Stasi.

Il s’agit là d’une histoire improbable  et pourtant vécue qui défie notre sens commun : celle du coup de foudre réciproque qui saisit dès leur rencontre, au milieu des années 80,  une militante des droits de l’homme arrêtée par la Stasi et son officier interrogateur.

Pendant huit mois, ils s’affronteront lors de son interrogatoire, mené fort courtoisement (rien à voir avec l’ambigü Portier de nuit) et c’est seulement à son terme, une fois le dossier « bouclé » qu’il lui avouera son amour , puis elle le sien,  avant de la mener en prison où elle passera deux ans et demi. Douze ans plus tard, elle parvient à le retrouver : rien dans leur sentiment n’a changé. Lui seul se transforme, conscient enfin de ce qu’il a été et décide, pour la première fois sans doute,  d’assumer  son  choix, libéré grâce à elle de toute influence.

L’amour a ceci de prodigieux qu’il s’installe souvent où l’on ne l’attend pas, par surprise, en somme. Son dard transgresse toutes les lois humaines ne s’attachant, en somme, qu’à celles des cieux , mais  aveugle souvent ses destinataires de leur propre désir. Mais il s’agit ici d’un amour durable, que rien ne semble altérer. L’histoire s’achève comme un conte, par le mariage dix ans plus tard des protagonistes. Vingt deux ans d’amour, en somme, cela n’est pas rien, entre « ennemis ».