Brexit et Elections américaines : Arrêt de mort du 4ème Pouvoir ?

4emepouvoirlls étaient tout puissants, ils faisaient la pluie et le beau temps d’une pensée que chez nous on qualifiait d’unique et que les Californiens avaient imposés au monde comme « politiquement correcte ». Les medias, la presse et jusqu’au Festival de Cannes. Depuis près de 40 ans. On les avait nommé le 4ème Pouvoir.

Nos voisins Hongrois, puis Anglais, puis Américains les ont l’un après l’autre renvoyés dans leurs buts. Ces peuples méprisés depuis trop longtemps par des élites privilégiées, éloignées, tant s’en faut, des réalités quotidiennes, ces peuples « pris pour des imbéciles par des idiots » se sont levés en masse pour dire une fois pour toutes, ASSEZ. Cessez de nous imposer ce que nous refusons. Cessez de nous imposer vos mensonges. NOUS choisirons !

J’ignore pour ma part de ce que sera M. Trump à la tête des Etats-Unis, mais je suis convaincue qu’il fera de son mieux pour rendre à l’Amérique une part de son aura perdue et qu’un socialisme inopportun aurait achevé d’enterrer, comme il est en train de tuer notre France.

Entendre à la moindre occasion qu’un vote ou un courant est « populiste » alors qu’il est d’abord et tout simplement « populaire » ne servira plus désormais  qu’à attiser un rejet complet de toute forme de compromission.

Ce que les peuples attendent d’un Chef d’État, ce ne sont plus de vaines promesses et les commentaires assortis de leurs propagandistes, mais qu’il s’engage à respecter les citoyens dans leur ensemble, assure leur sécurité et leur prospérité, sans oublier l’honneur et le prestige de leur pays.

C’est là un programme honorable.

Nous venons de voir ce qui arrive à ceux qui ne cessent de le dénigrer.

Publicités

À quoi servent les réseaux sociaux ?

twitterC’est la question que je me pose ce matin après avoir suivi trois ans, avec grand intérêt, le fil de l’actualité contestataire de celui que j’utilise le plus volontiers, le gazouilleur.

Eh bien je crois tout simplement qu’ils ne servent à RIEN. Certes, on peut s’y retrouver « entre soi », partager des opinions et/ou en changer, certains peuvent nouer, même des liens d’amitié, on se reconnaît on se « suit » mais en fin de compte, si l’on fait comme moi partie de l’opposition, on n’est jamais ni très visible, ni très audible.

La propagande gouvernementale n’a jamais été aussi puissante que depuis ces trois dernières années. Il faut dire que la plupart des medias et organes de presse sont alimentés par de plus en plus de jeunes journalistes formés à bonne école : celle de la « sociale » où l’on ne peut sans déroger voir le monde qu’en « rose » et où la droite, qu’elle qu’elle soit, sera à jamais marquée au fer « écarlate » et méprisable du pétainisme français.

Quels que soient les mouvements de rejet sinon de révolte initiés par ses opposants, cette mandature et son gouvernement ont en mains tous les moyens de les contrer, de les occulter sinon de les dissoudre. Le mensonge est bien orchestré par une presse qui est peut-être « aux ordres », ce qui n’est pas certain, mais plutôt normalement, et par conviction, encline à les soutenir voire même à les défendre.

Nous sommes, en France, dans un bateau très mal barré. Depuis trois ans. Et si rien ne change pour deux encore qui donneront le loisir à ceux qui nous « gouvernent » d’altérer à jamais tout ce qui faisait encore sens pour une grande majorité de Français. Une grande majorité maintenue dans les faits silencieuse, ou plutôt inaudible. Car si elle crie, nul ne semble l’entendre.

Car telle est la volonté du Prince. Et notre gazouillis n’y changera rien.

Un peu de politique, beaucoup de communiqués, peu de réalisations, beaucoup de propagande

C’est ce que m’inspire une fois de plus aujourd’hui ce tweet répandu sur mes réseaux

où le départ d’un chef de service de l’AFP a pu réunir hier le ban et l’arrière ban du monde politique en charge de nos destinées :

Le président lui-même y assistait. Il faut préciser que c’est à la dame qui fêtait son départ qu’il confiait il y a peu les affres de sa vie privée, et en l’occurrence sa rupture avec une autre journaliste d’ailleurs,  que les medias nous avaient d’abord imposée comme soi-disant « première dame »….

Nous atteignons ici à l’écoeurement. Force nous est de constater chaque jour davantage à quel point la collusion entre presse et pouvoir est devenue prégnante, car si elle a toujours plus ou moins évolué dans ses alcôves, c’était avec une certaine discrétion dont les moyens modernes ont eu largement raison.

Notre président lui-même ne peut échapper aux clichés de téléphones portables qui saisissent à point nommé le sérieux de sa fonction :

hollafp

Manif pour tous : cette fois, le mensonge d'Etat est vraiment énorme : il suffit !

La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée à Paris, le 24 mars 2013
La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée à Paris, le 24 mars 2013

Je vous l’avez dit hier : ils nous comptaient déjà moins de 100.000. Aujourd’hui, ils « reconnaissent » d’emblée une louche de 300.000 personnes. La seule vraie question à se poser est la suivante : Combien peut contenir de gens serrés les uns contre les autres (voir photo)  le parcours imposé (Défense-Arc de Triomphe), soit  5km sur  70m  de large ? Cela représente déjà une surface de 350.000 m2.  Si vous comptez 4 personnes au mètre carré, le calcul est simple :  350.000 x4 = 1,4 million. Voilà la vérité mathématique que les images confirmeront. Enlevez une personne (du mètre carré) il en restera plus d’un million. Tout est dit.

Le reste n’est que parti pris  d’une certaine  presse aux ordres d’un parti et d’une politique qu’elle a mis au pouvoir et qu’aujourd’hui 68 pour cent des Français rejettent. Car en vérité, ce n’était pas un bon sujet, il y avait pour ce gouvernement -et le président – d’autres urgences que cette loi scélérate qui ne concerne qu’un très petit nombre de gens. Ils  n’ont tenu aucun compte.  Ils n’ont adressé à ceux qui étaient contre qu’un mépris croissant qui a désormais dépassé les bornes.

La France est un curieux pays où le mécontentement fini toujours par se faire  entendre…même de ceux qui ne veulent pas écouter.

L'industrie et la presse de France otages de la CGT

presse magazine et quotidienne
presse magazine et quotidienne

Ils iront « jusqu’au bout », voilà tout ce qu’ils disent, à chaque fois, et depuis 60 ans. Le bout étant la chute, l’effondrement puis la disparition de pans entiers de notre économie. Ce n’est pas notre compétitivité qui est en cause, les Français savent depuis bien longtemps ce qu’est la compétition. Mais le blocage systématique de toute réforme visant à modifier des intérêts purement catégoriels. Les travailleurs ? la CGT s’en contrefout. Elle ne défend jamais qu’elle-même, et quelques uns de ses affidés les plus privilégiés.

Comme ces ouvriers du Livre, qui depuis des décennies – et à l’instar des dockers d’ailleurs-  contribuent par leurs diktats, leurs gros salaires, leurs privilèges, mais surtout leurs grèves à ruiner une industrie de la Presse déjà malade en bloquant sa liberté de paraître. Chateaubriand doit se retourner dans sa tombe*.

Mme Taubira a réussi, d’un trait de plume, à imposer à la France entière que soit reconnus Français tous les enfants portés ailleurs par des mères étrangères et adoptés chez nous.

Il serait heureux qu’un de ses confrères sinon le Président lui-même,  puisse de même décrèter que la CGT est en l’état  non conforme aux intérêts supérieurs de l’Etat parce qu’hostile aux Entreprises,  à tous ceux qu’elles emploient et donc dangereux pour toute notre Economie. Ce syndicat doit d’urgence être déclaré  d’inutilité publique et immédiatement rendu illégal. Tous ses biens doivent être saisis et confiés à ceux-là même qu’elle a ruinés. (Ports, aciéries, industrie automobile, presse, etc..etc..).

Il n’est pas (encore) interdit de rêver.

*<< J’ai aidé à conquérir celle de vos libertés qui les vaut toutes, la liberté de la presse. >>

Les pitoyables enjeux politico/médiatiques d'une libération : après Ingrid (Betancourt), Florence (Cassez)

Florence Cassez libre, en France
Florence Cassez libre, en France

Depuis hier soir, la foire médiatique est lancée « sur » (pour ne pas dire contre), cette belle Florence Cassez qui, à l’instar d’Ingrid Betancourt (quoique dans de toutes autres circonstances) vient de passer 7 ans de réclusion en terre inhospitalière, c’est bien le moins que l’on puisse dire, si le Mexique est bien ce qu’on en dit.

Je fais partie de ceux qui ont suivi de près les terribles années vécues par l’une et l’autre. J’ai, surtout, lu avec beaucoup d’attention le récit  ô combien émouvant que nous avait livré Mme Betancourt quelques temps après sa libération et, si j’ignore encore ce qu’a pu endurer Melle Cassez, j’imagine assez bien que la pudeur extrême d’Ingrid a couvert bien au-delà du réel ce qu’elle a pu subir pendant sa détention. Une prison mexicaine ne doit, d’ailleurs, pas être très joyeuse non plus.

Quoiqu’il en soit, et dans les deux cas, mon regretté ex-Président (car je n’ai aucune honte à le dire) a mis en oeuvre dès qu’il l’a pu – au risque assumé d’une rupture diplomatique, tous ses moyens pour parvenir à une issue heureuse. Je ne méjuge pas de l’action de l’actuel Président, élu du peuple de France, mais son rejet systématique de toute action antérieure à la sienne a quelque chose de nauséeux, eu égard au changement si récent de présidence (mexicaine) et de certains juges appelés à s’exprimer.

Le cirque médiatique, toujours favorable au dernier Président élu (comme il avait été opposé au précédent) voudrait occulter certaines vérités. Gageons que c’est à tort.  Nous sommes pas un peuple sans mémoire. Et le bruit feutré du mensonge devient maintenant complètement assourdissant.

2010, Nouvelle décade : Que sera, sera…..

Que souhaiter à tous ces chroniqueurs, pronostiqueurs, commentateurs et autres animateurs qui chaque jour nous annoncent, quand ils ne nous le promettent pas, le PIRE ?  Pudeur et humilité.

Ce qui sera sera, comme le chantait Doris Day dans le remake hitchcockien de « l’Homme qui en savait trop ». C’était pendant la « Guerre froide », mais si un Mur est depuis tombé, d’autres ne cessent de s’élever et des hommes, ailleurs,  sont toujours en guerre par intérêt, haine ou cupidité.

Une nouvelle année va commencer, pleine de souhaits et de promesses dont peu seront réalisés, car le temps va comme il va, qui depuis toujours se détend, se comprime  ou se détraque selon que la vie commence,  continue ou même s’achève, pas toujours avec bonheur comme nous l’a appris l’Ecclésiaste.

A tous mes lecteurs je souhaite avant tout de garder l’esprit sain dans un corps valide, une bonne dose d’humour et de discernement, une réactivité sereine  à l’évènement,  un coeur intelligent et sensible qui leur permettent tout simplement de vivre mais surtout d’AIMER, de CROIRE et d’ESPERER. Car après tout, un nouveau jour va se lever qui succèdera à tant d’autres.

Qu’il soit seulement, pour chacun de vous, simplement paisible et  lumineux !

Bonne année !

Arte Info : Elections, chômage : L’information réformée par des chiffres inexacts, mensongers, ou non vérifiés

Alors là, je ne me retiens plus : fidèle de la chaîne (sans publicité), et  n’en demeurant pas moins très circonspecte quant à son objectivité, je constate depuis quelques jours que l’on nous « balance » des chiffres furieusement érronés, sortis d’on ne sait où. Ce furent d’abord, cette semaine,  ceux de la campagne électorale des candidats à la Présidence des Etats-Unis, oh, trois fois rien, quelques dizaines de millions pour l’un et l’autre, genre 60 et 80. Pour mémoire, on est parvenu a plusieurs CENTAINES, ce qui n’est pas exactement la même chose. (voir mon billet précédent)

Le chômage en France le 30/10/2008 vu par Arte-Info
Le chômage en France le 30/10/2008 vu par Arte-Info

La tendance hier était inverse et plutôt haussière dans le triste domaine, cette fois, du chômage : la charmante présentatrice allemande n’hésita pas un instant à nous présenter un tableau (qui donc a bien pu l’établir, celui-là ?) présentant l’accroissement du chômage en France : + 8000, (ce qui est exact) soit 3.869.400 !. Quand on sait que le même jour, le chiffre officiel (1.957.600) était disponible dans tous les autres medias, on ne peut que s’interroger sur la validité du reste des informations fournies par la chaîne…..

Devant l’énormité de la chose, j’ai bien sûr attendu un démenti, ou à tout le moins des excuses. Mais j’ai attendu en vain.

Allons, messieurs d’Arte Info, si prompts souvent à la pose, contrôlez vos sources, c’est le b.a. ba du métier !

Cette Europe généreuse et garante de paix que des peuples récusent aveuglément

60 ans de paix entre des peuples qui, des siècles durant, se sont affrontés dans les larmes et le sang, cela vaudrait quand même d’être souligné : La neutralité de la République d’Irlande pendant la dernière guerre mondiale a évité à ses ressortissants d’y prendre part. Il est vrai qu’ils ont connu d’autres soucis. Le niveau de vie des Irlandais, en 1960 était assez lamentable malgré les aides accordées par le Plan Marshall, dont ils avaient pourtant bénéficié.

C’est pourtant en rejoignant l’Europe, en bénéficiant de ses aides que les Irlandais ont commencé à se relever pour devenir, au cours de la dernière décennie, l’un des 10 pays les plus riches du monde.

Certes, l’Europe n’est pas seule en cause, et des politiques intérieures bien menées n’y sont pas étrangères. Mais enfin, l’essor de tous les adhérents de ce vaste projet est connu et réel.

Dommage que les peuples n’en retirent que les mauvais aspects, largement diffusés par les medias et tout aussi largement utilisés par leurs dirigeants qui se retranchent volontiers derrière.

Ce qui intéresse les peuples d’Europe, c’est le foot. Il n’est que d’écouter les radios ce matin, de lire les titres des communiqués : « la presse italienne croit au miracle » (Le Figaro, 14 juin). On croit rêver à un europtimisme : que nenni : c’est du foot, qu’il s’agit !

Pauvre Europe, si malmenée, si peu comprise, si peu expliquée, sans doute.

Rien n’est plus fragile que la paix. Les peuples d’Europe seraient avisés d’y songer. Et les medias de réfléchir, avant de toujours dénoncer.