Nicolas Sarkozy, bête décidément TRÈS noire de la justice française (donc du Pouvoir)

Justice ?
Justice ?

Je suis tombée des nues ce matin en écoutant Luc Châtel, reçu par Guillaume Durand sur Radio Classique, raconter que nos magistrats étaient actuellement occupés à dépouiller les « fadettes » de M. Sarkozy dans le cadre de l’affaire «Air Cocaïne» qui lui a valu UN AN de mise sur écoute. 

Force est de constater une fois encore avec quel acharnement notre Justice, si tant est qu’on puisse encore la qualifier ainsi, s’en prend systématiquement au Chef de l’Opposition, tant redouté sinon haï par celui de notre Etat. Pour un résultat déjà prouvé par une collection de « non-lieux » qui finissent par nous coûter cher, tout  en compromettant largement le travail ATTENDU de nos magistrats qui ont nous dit-on tant à faire.

Les électeurs, je n’en doute pas, apprécieront ces débordements répétés et pervers qui finissent par saturer les esprits les plus critiques vis-à-vis d’un pouvoir incapable et inopérant, dont l’objectif devient de plus en plus évident aux plus bornés : se maintenir quoi qu’il en coûte,  au bénéfice exclusif de ses seuls partisans.

J’espère, avec tant d’autres, que les suffrages des 6 et 13 décembre prochain seront assez offensifs pour « sortir les sortants »  en redonnant aux régions de France leur vraie couleur, celle d’une République, la nôtre,  enfin libérée de l’idéologie  dominante et délétère d’un socialisme réducteur, destructeur.. et dépassé.

J’espère pour ma part que l’arroseur finira arrosé et aussi largement trempé que, réduit en miettes,  il s’écoulera en eau de bidet.

 

Toucher le fond (en gris) : c'est déjà le cas pour plus de 5 millions de Français

tvnoirCeux-là n’ont plus d’emploi, du moins officiellement. Car si la France est bien près de toucher le fond, il est tout de même difficile de croire que plus de 5  millions de Français sont tombés dans la plus totale  l’indigence. Sans doute est-elle bien réelle pour une part d’entre eux, mais on peut se douter qu’une autre part survit « autrement ». La France croule sous la dette, mais surtout sous le coût de l’évasion fiscale. C’est le cas de tous les pays qui s’enfoncent, comme le nôtre, dans l’économie « grise » qui plombe les recettes d’un Etat mal conduit.

Les entreprises qui fonctionnent, et il y en a encore, peinent plus que jamais à trouver des « volontaires » pour se mettre au travail.  Dans le même temps, le chômage ne cesse de grimper. Cherchez l’erreur.  Sans doute sommes-nous dans une mauvaise passe, mais comment expliquer  que le nombre d’inscrits à Pôle Emploi ne cesse d’augmenter  autrement que par cet excès d’aides sociales qui permettent à certains de vivre sans « travailler »?

Et que fait notre Etat si mal conduit ? Il augmente les impôts pour financer toujours plus d’aide sociale qui plombe toujours un peu plus le « désir » pour les bénéficiaires d’accepter un emploi déclaré (qui obère le droit à ces aides si coûteuses aux pourvoyeurs d’impôts).

Le fait n’est pas nouveau et c’était bien le but du RSA que de remédier à la chose. Mais comme tout ce qu’a pu faire de bon le dernier Président, cela devait,  comme Carthage, être détruit.

Raison de plus pour  faire  de M. Sarkozy, sans attendre,  le chef incontesté d’une nouvelle Opposition, visionnaire et constructive qui ramène enfin la France à la place qui est la sienne et les Français dans l’espérance que leur pays devrait leur inspirer.

N’en déplaise à tous ses détracteurs, il est le seul en lice à le vouloir vraiment et surtout à en être capable. Cela n’est pas vain.

Le complot de Mediapartipris contre ce « bâtard » de Sarkozy

Une légende ? Un chevalier blanc ou une fouine rouge ?

En ces temps pré-électoraux, nul ne saurait être dupe des armes dégainées par les soutiens d’un parti aux abois.

Nul ne croira non plus que M. Sarkozy serait l’inventeur des conversations secrètes et des cabinets noirs. C’est le lot de tous les pouvoirs. Ils doivent se protéger et garantir la sécurité de l’Etat.

Le trotskyste Edwy Plenel a consacré la plus grande part de son énergie à essayer de dénoncer, dégoiser, démolir tout ce qui ne ressemble pas de près ou de loin à une pensée, une action, une personne de gauche ou prétendues telles. Attaquer Nicolas Sarkozy et ses proches fut et demeure son combat le plus prégnant. Il s’y époumone encore,  peut-être même en vain. Trop, c’est trop.

Car vouloir faire croire au « peuple de gauche » (et même de droite, tant qu’on y est) que l’ancien Président serait coupable de véritables méfaits, voilà bien une autre histoire. Ah, il a traité des magistrats de « bâtards » ! Grands Dieux, quelle insulte ! Surtout en privé où l’on peut encore, je crois, dire à peu près n’importe quoi. Et quand on sait quelle vie ils lui ont menée….les magistrats !

Non, M. Sarkozy n’est à ce jour coupable de rien, sinon d’avoir conquis le pouvoir, pour pouvoir diriger la France. Ce qu’il a réellement fait, et plutôt bien. Il est aujourd’hui coupable d’avoir asséné quelques vérités langagières. Laissons cela, nous ne sommes pas, ici, dans une cour d’école. C’est à ce niveau que M. Plenel et d’autres voudraient nous faire choir.

C’est contre tous ceux-là, que nous irons voter.