Socialistes en échec : c'est aussi et largement, à leur mauvaise foi qu'ils le doivent

sans commentaire
sans commentaire

Elle nous frappait, hier soir,  la mauvaise foi qui sortait nue des yeux, de la bouche et du  visage tout entier de Najat Belkacem, mandatée sur tous les écrans pour tenter de démentir l’échec cuisant d’une politique que les Français, en nombre, ont rejetée. Face à des adversaires sereins, cette assez jolie fille avait pris la laideur et l’aigreur du serpent sifflant sur la tête de l’adversaire tout en cherchant le point sensible où le piquer à mort, mais en vain.

Le déni de réalité est tellement flagrant dans l’équipe dirigeante qu’on se demande vers quels traitements et remèdes il devient urgent de les diriger.

Il y a quelque chose de détestable dans l’acharnement que tous ces partisans de l’homme nouveau qu’ils voudraient imposer mettent à démolir tout ce qui s’y oppose.

De ce point de vue, on pourra saluer ici la réserve des représentants de la droite républicaine lors des « affaires » Strauss-Kahn ou Cahuzac, qui ne sont pas minces en effet, au regard des soupçons qui valent à notre ancien Président les attaques incessantes dont il fait l’objet depuis maintenant depuis sept ans…..

Il manque à ceux qui nous gouvernent mais surtout à ceux qui les représentent ce minimum d’honnêteté, de courtoisie, mais davantage encore de compétence qui rendraient plus attrayante une vie politique qui n’attire il est vrai plus grand monde. Et pour cause.

Pour autant, cette vie-là est nécessaire. Ceux qui s’abstiennent de voter ne représentent qu’eux-mêmes. Cela ne suffira manifestement pas à relever notre niveau républicain, démocratique ou tout simplement national. Quant à notre niveau de vie, nous n’oserons bientôt même l’évoquer.

 

Municipales : la sanction des votes est bien tombée : elle est BLEUE !

valeurs4034_001_0A l’heure où j’ai écrit ce billet, qui sait si ce résultat provisoire, car les ballotages seront nombreux, ne sera pas plus affirmé encore dimanche prochain ? C’est que les Français en ont assez, de tout ce tapage, de ces mensonges, de cette détestation qui focalise sur un seul homme toutes les jalousies, les frustrations, et surtout l’incompétence de son principal opposant, si mal à l’aise dans sa fonction.

Non, ils ne sont pas dupes, les Français qui sont pris pour des imbéciles, des suiveurs, des exécutants. Ils sont aussi ces « grenouilles qui demandent un roi », quand le poste leur semble vacant. Ils n’ont pas voté contre un Maire pour l’autre, mais bien contre le parti au pouvoir partout, qui contrôle tout. Et qui n’apporte à leurs vies rien de mieux.

Préparons-nous à les entendre, les ténors du PS en place, crier au scandale bleu marine. Ils seront aussi pathétiques que le premier de nos Ministres, appelant au vote « républicain ».

Que vont donc bien pouvoir trouver leurs communicants affidés ? Quel nouveau scandale, quel nouveau soupçon, et contre qui le diriger ? L’essentiel est encore à venir. Nous sommes prêts.

Municipales : Beigbeder versus NKM, un Pari(s) perdu ?

Ce soir, les listes seront closes, mais pas les paris. Tout aura été (bien) fait pour faire croire aux Français qu’ils sont bien dirigés, que tout s’arrange et que la courbe du chômage est en train de s’inverser. Tout est mensonge.

NKM , pour Paris
Natalia Kosciusko-Morizet candidate à la Mairie de Paris

Je tiens à saluer ici la camarade Kosciusko-Morizet (X92) qui allie tant de qualités, de vertus, de compétences, pour le courage que représente sa tentative de mener à bien sa « bataille de Paris ». Elle aurait pu choisir n’importe quel autre magnifique et juteux « plan de carrière ». Elle a fait le choix difficile de mener ce combat, pour continuer à servir l’Etat, (nous) comme elle y a été formée. Ce qui n’est sans doute pas le cas de son adversaire, en place depuis longtemps et  dont l’alternative est évidemment plus restreinte.

Alors que tout est fait, spontanément ou non,  pour accabler une opposition qui n’en peut mais, voilà qu’un  trublion du même camp vient achever la scène de son  désordre.  C’est vraiment prendre l’électeur pour l’idiot qu’il est peut-être, car ce qui est perdu au premier tour risque fort de l’être au second.

Le « Paris libéré » de M. Beigbeder risque fort de laisser notre capitale  aux mains de ceux qui aujourd’hui encore tiennent en main la quasi totalité d’un pays (le nôtre)  qu’ils mènent tranquillement à sa ruine avec le soutien de (presque) tous nos medias et les encouragements de ceux qui en profitent. Et ils sont nombreux.

Pour ceux qui doutent de voir  NKM  en Maire de Paris, mais qui croient en ses capacités, je ne peux que rappeler ce vieil argument pascalien, en forme de pari sur la Foi : « Faites semblant d’y croire… et vous croirez ». Votez NKM , vous permettrez (au moins) à  Paris de contrer le pouvoir socialiste qui tient tout le pays.

Remaniements, élections  : fabriquer l'opinion publique

Chomsky-Noam-La-Fabrique-De-L-opinion-Publique-La-Politique-Economique-Des-Medias-Americains-Livre-896243336_MLJe n’ai jamais cru aux sondages. Ils sont le plus souvent orientés, ce qui les prive de toute valeur. Réaliser un sondage, c’est en premier lieu définir les questions qui seront posées au « panel », mais surtout la façon dont elles seront posées. C’est cela, qui oriente.

Quand on sait qui est à l’origine d’un sondage, on connaît déjà le présupposé du résultat attendu.

Ainsi celui de Paris Match pour le premier ministrable. L’Ifop nous donne M. Valls gagnant. Mais pour quels Français ? Quels sont ceux (et celles) qui ont été consultés, et de quelle façon ?

Je ne peux croire que, sur un panel équitable, cet homme un peu trop fougueux soit le premier de la liste. Quels étaient donc ses concurrents ? A-t-on seulement évoqué la possibilité que le Premier Ministre vienne d’un autre camp ? Non, sans aucun doute. Il ne s’agit là encore que d’une manœuvre diversive sinon dilatoire, car nul ne sait après tout si et surtout quand il y aura remaniement.

Avec les Municipales puis les Européennes, les sondages ne sont pas près de manquer. Et les partis qui veulent croire au succès de leurs champions sont près à en payer le prix, qui n’est pas négligeable.
A Paris, Mme Hidalgo serait déjà donnée gagnante et le Vème arrondissement acquis pour elle. Mais qu’en sait-on ? Il se dit même que l’actuelle adjointe au Maire ne négligerait pas les moyens dont elle dispose déjà pour pousser sa campagne.

On voudrait semble-t-il nous faire croire que les Parisiens, que les Français n’ont pas encore compris d’où viennent tant de mensonges en politique ? Qu’ils ignorent tout de cette idéologie dominante qui pousse ceux qui la suivent, et pas seulement quand ils gouvernent, à exclure puis à éliminer tous ceux qui n’y croient pas ? Les exemples en sont chaque jour plus nombreux.

Loin de toutes les spéculations en vogue, dans le silence de l’isoloir, il leur reste encore, aux Français, le choix de leur votes. Et ce n’est pas forcément celui qu’ils avouent aux sondeurs, ne leur en déplaise. C’est en préparant le bulletin secret qu’il glissera dans l’urne que le citoyen responsable exprimera alors vraiment son opinion.

10 février : la France du biathlon, de Sotchi à New York en passant par Paris

Quelle journée mes amis que ce 10 février. Les J.O. ne m’ont jamais passionnée, mais là, ce fut un assez beau tiercé, en matière de « double concours »,  et quasiment à la même heure, celle des infos du soir. D’abord, sur  FR3, deux médailles à Sotchi pour Martin Fourcade et Jean-Guillaume Beatrix  dans une même  discipline on ne peut plus militaire (ne fait-elle pas penser à celle de nos fameux Chasseurs alpins ?). Il est toujours plaisant de voir ainsi récompensés l’effort, la ténacité et une fierté nationale qui, là, n’ont pas démérité.

Gymnase Japy, Paris 11ème
Gymnase Japy, Paris 11ème

Ensuite, sur I-Télé  devant le direct du premier meeting de campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet, ce beau pas de deux au sein d’une foule exaltée de festival : Nicolas Sarkozy accueilli devant la salle Japy par la candidate de Paris à qui il vient  apporter son soutien amical, traversant tous deux, avec difficulté, la masse compacte d’affidés criant leur soutien à notre ancien Président.

(Mes lecteurs comprendront que, si je ne suis plus Parisienne, je le fus. Et que j’aurais vraiment plaisir à pouvoir apporter mon suffrage à cette jeune femme de valeur et de caractère, dont la formation, l’expérience et la culture libérales sont sans aucun doute plus à même de rendre à Paris et aux Parisiens tout ce depuis tant d’années ils ont perdu : la ville, sa vie et son attrait, les gens la possibilité d’y vivre, de s’y loger, d’y circuler.  J’en sais quelque chose)

Et enfin, sur la même chaîne où une urgence a chassé l’autre, l’arrivée aux USA du Bachelor, accueilli en visite d’Etat par le Président américain. Ce duo-là me laisse comme une tristesse. Pas de visite d’Etat depuis…. le Président Chirac. C’était il y a bien longtemps. 18 ans.  C’est à se demander ce qui vaut à  notre Mr Pudding, comme ils le nomment là-bas, une visite d’Etat qui ne fut jamais proposée à son prédécesseur qui était, on s’en souvient, si amical et  tellement pro-américain…..