Le Nouvel Ennemi du Peuple ? La famille française !

La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée à Paris, le 24 mars 2013
La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée à Paris, le 24 mars 2013

Quand j’entends Mme le Ministre de la Santé prôner auprès des Députés le vote de cette loi inique qui consiste à rendre dégressives les allocations familiales jusque là dévolues à toutes les familles sans distinction de revenus, je bondis, je rugis, même s’il ne reste que quelques heures entre la rédaction de ce billet sans doute inutile et le vote de cette loi, par une poignée d’entre eux à l’Assemblée.

Depuis deux ans et demi, tout est fait dans ce pays contre la Famille, et à tous les niveaux. Ce vieux rêve d’une société « parfaite » (pour les tyrans) serait-il en train d’aboutir, où l’homme ne serait plus le fruit de ses gènes, encore moins le produit de son milieu social, mais bien celui d’une éducation bien menée, collective, réduisant à néant toute influence familiale ? Tout y concours aujourd’hui semble-t-il, tout y est mis en œuvre.

Il s’agit aujourd’hui de ne pas décourager les plus pauvres-  en continuant à leur allouer cette aide qui contribua jadis au redressement (et au maintien) démographique de la France, sans distinction de classe, car là n’était pas le sujet- mais de faire nous dit-on quelques « économies » sur le dos des « plus riches ».

Il s’agit depuis deux ans de dénaturer le lien familial naturel au profit d’une marchandisation, à très court terme, de ce qui pourra ressembler à une nouvelle forme de « cellule familiale » mieux à même sans doute, de ressembler à ce que la science fiction d’hier présageait de notre présent aujourd’hui : un assemblage hétéroclite d’hommes et/ou de femmes réunis pour un temps, de plus en plus court, avec des enfants dont ils sont ou non géniteurs, qu’ils définissent comme les leurs et que l’État finira par leur reconnaître comme tels même s’ils ont été « achetés » ailleurs. Des enfants qui à l’instar de tant d’autres d’ailleurs finiront par être ballotés d’un côté puis de l’autre de la « cellule » tôt ou tard éclatée.

Un autre Ministre, à l’Education, s’emploie activement à normaliser les jeunes esprits en leur faisant imposer de plus en plus tôt cette notion « moderne » « d’égalité des sexes » à laquelle il convient d’urgence de s’attacher. Il est assez probable en effet qu’à court terme, la distinction sera de moins en moins probante, la transmutation sexuelle devenant pratique courante dans certains pays.

Pour l’heure, ce sont les familles nombreuses, définitivement non « maîtrisables», (elles sont minoritaires) qui vont trinquer, et pour certaines assez lourdement. Cela suffit aujourd’hui à mon écoeurement, qui est on s’en doute sans limite.

Veilleurs : le paradoxe des minorités et comment elles finissent par triompher d'une majorité

Je ne vais pas vous refaire ici le cours de base du père de notre ministre de la santé sur les minorités agissantes : il a fait assez de dégâts comme cela. Mais on est tout de même fondé à croire que ce qui marche dans un sens peut aussi marcher dans l’autre.

veilleursS’il y a dans ce pays, comme dans tous ceux d’Europe d’ailleurs, une grosse poignée de gens d’ici et d’ailleurs qui prétendent nous imposer graduellement un mode de vie ou de pensée qui n’est pas le nôtre, on peut tout aussi bien imaginer que d’ autres minorités peuvent inverser  le courant.

Contre toute attente, et aux dépens d’ailleurs de tous les medias contre-propagandistes de ce pays, les mouvements de défense des familles ont fini par obtenir le recul d’une loi qui promet à court terme l’achèvement complet de l’éclatement déjà en cours de la société occidentale.

Depuis plus d’un an, une fois par semaine ou plus dans la plupart des villes de France, une poignée de gens viennent en famille dans un lieu symbolique (une place centrale en général) pendant une heure ou plus, avec des bougies, « lucioles sur la brisures du jour », citant René Char. Ce sont les Veilleurs. (cliquez dessus, vous saurez tout).

Ils veillent pour nous. Pour Notre famille, mais aussi et surtout, pour Notre Liberté. Ils ont la Foi chevillée au coeur, ils croient en Dieu et donc en l’Homme et ils se rassemblent courageusement pour réveiller nos âmes assoupies par le matraquage quotidien qu’assènent à nos esprits une surabondance d’informations, des parti pris insupportables, une cacophonie d’idées, de débats, l’impopularité d’un chef d’état, l’incurie de son gouvernement, son mépris d’une partie du peuple, de sa dignité, de sa Foi. Un gouvernement aux abois et qui vient de céder, pourtant, une partie du terrain qu’il croyait conquis.

C’est ainsi que s’opèrent certains revirements. Il risque d’y en avoir bien d’autres. Bientôt. Il était temps.

 

 

Manif pour tous : dernière sortie pour la filiation

arbre-genealogiqueLes avis diffèrent sur l’utilité, le rôle et les conséquences de cette ultime (?)  Manif pour tous qui promet de drainer tant d’oppositions à une loi à présent votée ET promulguée. Frigide Barjot semble y avoir renoncé, par crainte évidente de représailles annoncées. Les courants politiques s’en mêlent, mais il y a déjà quelques temps déjà qu’ils ont pointé leur nez dans ce qui ne fut, au départ, qu’un grand courant de « lutte » fraternelle et familiale pour maintenir les valeurs fondatrices de notre société, de toutes les sociétés humaines d’ailleurs : la filiation, aujourd’hui complètement remise en cause.

On se demande d’ailleurs ce qu’elle finit par signifier, la filiation, pour tous ces « couples modernes » qui en moins de dix ans peuvent s’unir, se séparer s’unir à nouveau en donnant chaque la fois la vie à de nouveaux enfants qui souffrent et parfois (souvent) s’égarent dans cette diversité.

Le Passé (Asgha Farhadi) semble une parfaite illustration de ce que devient la famille aujourd’hui, un simulacre auquel sont confrontés des enfants, désirés certes, mais par des adultes incapables de maintenir durablement leurs engagements, avides avant tout de « satisfaction personnelle », parfois même au détriment complet d’autrui. Ils leur imposent, à ces enfants, une succession de conjoints, de demi-frères et soeurs, une  « recomposition » arbitraire le plus souvent intolérable pour au moins l’un d’entre eux. Il y a cependant dans cette histoire « moderne » un aspect des plus traditionnels, qui nous ramène à cette fameuse filiation indispensable à notre histoire : c’est sans aucun doute pour que son enfant puisse être reconnu par son père véritable (son amant) que l’héroïne veut officialiser son divorce et éviter que le nouveau-né porte tout naturellement le nom de son mari.

De qui est-on le fils ou la fille est la question que chaque enfant se pose, s’est posée ou se posera. De quel père, de quelle mère ? On n’est jamais le fils de personne, mais si l’on n’y prend garde, et c’est pour cela qu’ils manifestent, certains enfants seront  bientôt  achetés, réalisés sur commande sinon sur mesure, et cela, il faudra bien leur expliquer……

Quand la vérité vient d'ailleurs : aujourd'hui, c'est "La Voix de la Russie" qui nous informe

rusCertains se rappellent sans doute ces temps si peu bénis du Soviet Suprême,  de la Guerre froide, du Mur de Berlin et de ces républiques prétendument démocratiques qui étouffaient leurs peuples sous le mensonge, l’enfermement et la terreur. Ceux qui le pouvaient essayaient alors de capter les ondes libres de RFI ou de Voice of America pour essayer de s’informer sur ce qui se passait non seulement ailleurs, mais tout simplement chez eux.

Par un curieux retour des choses, c’est maintenant à nous d’aller chercher ailleurs ce qu’ici on ne trouve plus : l’objectivité factuelle de l’information, mais ailleurs,  en écoutant « La Voix de la Russie » (cliquez sur le lien ci-dessous)

Reportage russe (en  français) sur la Manif pour tous du 24 mars 2013

On peut s’abstenir d’écouter la totalité du reportage que l’on trouvera ici, – les premières minutes en sont suffisamment éclairantes -mais il importe de noter la quantité, la qualité et la  diversité des personnes interrogées et en particulier l’écoute qui leur a été accordée.

Certes, nos plateaux télé n’ont pas manqué d’évoquer le sujet, leurs animateurs posant  comme de coutume à leurs  nombreux intervenants,    en leur coupant la parole de préférence, les questions dont ils formulaient eux-mêmes les réponses.

Aujourd’hui, le mot d’ordre du pouvoir est de « dénoncer la radicalisation du mouvement »…. ce qui pourrait être comique si ce n’était pas tout simplement ridicule, puisque c’est ce même pouvoir qui, par ses mensonges et son mépris, en est la cause.

Manif pour tous : cette fois, le mensonge d'Etat est vraiment énorme : il suffit !

La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée à Paris, le 24 mars 2013
La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée à Paris, le 24 mars 2013

Je vous l’avez dit hier : ils nous comptaient déjà moins de 100.000. Aujourd’hui, ils « reconnaissent » d’emblée une louche de 300.000 personnes. La seule vraie question à se poser est la suivante : Combien peut contenir de gens serrés les uns contre les autres (voir photo)  le parcours imposé (Défense-Arc de Triomphe), soit  5km sur  70m  de large ? Cela représente déjà une surface de 350.000 m2.  Si vous comptez 4 personnes au mètre carré, le calcul est simple :  350.000 x4 = 1,4 million. Voilà la vérité mathématique que les images confirmeront. Enlevez une personne (du mètre carré) il en restera plus d’un million. Tout est dit.

Le reste n’est que parti pris  d’une certaine  presse aux ordres d’un parti et d’une politique qu’elle a mis au pouvoir et qu’aujourd’hui 68 pour cent des Français rejettent. Car en vérité, ce n’était pas un bon sujet, il y avait pour ce gouvernement -et le président – d’autres urgences que cette loi scélérate qui ne concerne qu’un très petit nombre de gens. Ils  n’ont tenu aucun compte.  Ils n’ont adressé à ceux qui étaient contre qu’un mépris croissant qui a désormais dépassé les bornes.

La France est un curieux pays où le mécontentement fini toujours par se faire  entendre…même de ceux qui ne veulent pas écouter.

Veille du 24 mars : le pouvoir a déjà décidé de mentir sur le nombre : moins de 100.000 !

Grande Arche de la Fraternité (Arche de la Défense)
Grande Arche de la Fraternité (Arche de la Défense)

Surtout n’en croyez rien ! C’est encore un mensonge de plus ! Il était annoncé ce matin sur France-Info, radio d’Etat. Je ne veux même pas savoir ce que pourrait en dire Media-part, (part comme partisan indéfectible du pouvoir en place).  M. Plenel a « descendu » Jérôme Cahuzac à cause de sa bonne politique, non conforme aux promesses du candidat président (malheureusement élu en mai dernier) ;  et Nicolas Sarkozy, parce qu’il est d’abord un ennemi de classe, comme cette pauvre Mme Bettencourt qui a eu, par les temps qui courent, le malheur d’être – mais depuis longtemps – à la tête  d’une des plus grosses fortunes du monde, mais aussi, ne l’oublions pas, d’une véritable fierté nationale (L’OREAL)

Demain, il y aura je n’en doute pas énormément de monde, avenue de la Grande Armée.  Ce sera bien une véritable « Armée de Défense » de la Famille,  un défilé de citoyens libres, parents paisibles et responsables qui défileront avec leurs enfants pour être cette fois bel et bien  comptés mais aussi pris en compte, ce qui n’a jamais été le cas depuis le mois de septembre.  Je ne suis pas si sûre que, cette fois, ils chanteront.

Le mépris dans lequel le pouvoir en place tient ceux qu’il considère comme ses adversaires, soit aujourd’hui plus de la moitié des habitants de ce pays, ce mépris est inqualifiable.  Le Président élu de la République française a pour première mission d’être le Président de TOUS les Français. Le nôtre semble avoir oublié ce à quoi il s’est engagé le 6 mai dernier. Il est grand temps qu’on le lui rappelle.

 

 

A défaut des Champs interdits, la Manif sera à Paris, pour tous, le 24 mars

 la vraie "foule de la manif du 13 janvier 2013
la vraie « foule de la manif du 13 janvier 2013

Car il n’est pas question, dans un Etat comme le nôtre , la République française, et avec une Constitution comme la nôtre, celle 1958 et  ses révisions ultérieures, il n’est pas question d’interdire à tout une partie du Peuple de France, arbitrairement spolié par le pouvoir en place d’une des valeurs fondamentales de toute Société, celle de la filiation, il n’est pas question de lui interdire ce droit fondamental, qu’est l’expression collective des idées et des opinions. : « Le droit d’expression collective des idées et des opinions a également été consacré sur le fondement – implicite – de l’article 11 de la Déclaration relatif à la liberté de communication, ainsi que le droit de mener une vie familiale normale sur celui – également implicite – de l’alinéa 10 du Préambule de 1946. »

Les Champs et tout le quartier de  l’Etoile sont donc interdits una voce aux manifestants. Ce qu’ils ne sont jamais aux touristes, aux cyclistes, au sportifs, et syndicalistes forcément « bien-pensants ». Ces familles que le pouvoir méprise, à qui il est reproché de saccager des pelouses que d’autres ont pu avant elles réduire carrément à néant, elles viendront pourtant en nombre, de partout, pour manifester dignement l’indignation que suscite le rejet de toute consultation et la prise en compte de leurs opinions. On ne pourra cette fois ignorer leur nombre. J’espère pour ma part qu’il sera immense.

Car certains parmi nous sont complètement excédés par l’empressement d’un pouvoir  majoritairement désapprouvé  à vouloir imposer à tous une loi qui ne vise qu’à satisfaire une minorité d’homosexuels engagés à le soutenir, au détriment de tout ce qui, dans ce pays, revêt une urgence extrême et semble si difficile à réaliser la mise en place des réformes structurelles indispensables à notre redémarrage économique, notre réindustrialisation, l’emploi et l’épanouissement du plus grand nombre de Français, même si, chez nous, la poursuite du bonheur ne figure pas en tête de notre Constitution comme c’est le cas aux USA.

Un grand pape, un petit président : François, François et… François

Hommage d'un citoyen d'Assise à François, Giotto
Hommage d’un citoyen d’Assise à François, Giotto

Entre celui qui va désormais guider un milliard deux cent millions de catholiques et celui, élu pour 5 ans (plus que 4 !) qui préside à la destinée d’un pays de  65,2 millions de Français, il n’y a pas grand chose à comparer.

Ils ont apparemment en commun de n’aimer pas les riches. Mais ce qui est traditionnel dans l’Eglise à la lecture des Evangiles, n’est chez le Président de la France qu’une attitude, qu’il est en train de faire payer très cher à son pays et à ses habitants. Car il est loin de ressembler à son modèle notre président,  l’autre François, tout petit  aussi, qui parvint en deux ans à mettre à genoux une France que lui avait laissée bien riche le pauvre Giscard, lâché par l’autre droite, celle qui est toujours contre. Car c’est le sort de la France, que de n’avoir jamais pu s’unir à droite. L’esprit de la Fronde, entre Bourbons et Orleans. La droite la « plus bête du monde » toujours prête à perdre les rênes d’un Etat qu’elle est pourtant la seule capable de gouverner. Mais cet autre François, émule s’il en est de Machiavel était intelligent, diablement cultivé et finalement pas très à gauche. Il comprit bien vite qu’après avoir lâché la bride à ceux par qui il avait pu être élu,  il fallait tout de même redresser ce pays qu’il aimait. Il y parvint et la Bourse ne fut jamais si haute.

Ce François-là avait une vie privée discrète,  bien cachée :  il avait réussi à faire élever en secret et à entretenir, à nos frais, une fille d’abord illégitime qui fut ensuite reconnue. Nous ne le sûmes que très tard, quand tout était joué. Nous n’avions plus alors, qu’à commenter.

Celui d’aujourd’hui prétend imposer aux Français un « mariage pour tous » pour lequel ils auraient souhaité être consultés, alors que lui-même, qui de toute évidence méprise le mariage au-delà de toute mesure, a été capable de faire ici et là des enfants reconnus, certes, mais dont il n’a jamais prétendu épouser la mère, cet homme qui impose et affiche  sa maîtresse,  par ailleurs mariée et qui prétend porter encore le nom de son époux et que nous, contribuables sommes censés entretenir avec tout son staff, soit plus de 10 personnes au moins. Cela semble a priori plus coûteux que l’éducation d’une seule fille. Mais ce n’est qu’un détail parmi d’autres.

Voilà où va la France,  droit dans le mur, à ce qu’il semble.  Les Français qui souhaitent que soient encore maintenues en ce pays certaines valeurs auxquels ils sont, tout comme notre nouveau Pape, très attachés, comme celle de la Famille et de la filiation,  fondatrice de toute société humaine,  ceux-là manifestent en vain. Ils seront sans doute encore plus nombreux qu’en janvier dimanche prochain, le 24 mars. Osera-t-on leur interdire de se faire entendre, ou même de parvenir aux Champs-Elysées, comme une certaine presse le laisse entendre. Osera-t-on encore mentir sur leur nombre ? Osera-t-on, cette fois encore, les ignorer ?

Combien de temps les Français supporteront-ils tous les mensonges que le pouvoir leur sert chaque matin et ce mépris, surtout, où on les tient ?

 

Anne Hidalgo, la Mairie de Paris, le mépris de la "rigueur" budgétaire et …de la Moselle

la pelouse du Champ de Mars couverte de manifestants
la pelouse du Champ de Mars couverte de manifestants

Pauvres bobos parisiens qui, nous dit-on (ou veut-on nous faire croire) seraient susceptible d’élire Mme Hidalgo Maire de Paris ! Pauvres d’eux en effet, car cette dame n’est pas très regardante à la dépense, surtout quand on lui offre de faire une économie « hénaurme » pour sa commune. Cent mille euros, en effet, cela n’est pas rien pour une Ville, fût-ce Paris. Le prix demandé pour refaire une pelouse soi-disant « saccagée » par les familles bien tranquilles qui ont manifesté contre le « mariage pour tous » proposé, puis finalement  imposé par le gouvernement. Il est vrai qu’un million de personnes (même si cela ne doit jamais être officiel) cela piétine pas mal un gazon d’hiver. Ceci étant, on peut lire (mais  seulement  ou à peu près dans le Figaro ou Atlantico) que lorsque SOS racisme bousille la même pelouse, on n’est pas très regardant, à l’Hôtel de ville, sur le règlement de la facture.

Il y a beaucoup de choses, en effet, qu’on ne nous dit pas.

Voilà donc que Samuel Bingelmann,  jeune paysagiste mosellan,  vient lui proposer (à Mme Hidalgo) de refaire le Champ (de Mars) en herbe, et de le faire pour moitié moins, soit 50.000 euros,  mais encore à ses propres  frais. Ce qu’elle s’est empressée de refuser arguant que « ce serait moins bien fait » .  Difficile de voir là une simple maladresse dans  ce qui a été perçu et à juste titre, comme une insulte pour ce jeune entrepreneur et tout son personnel et ressenti par eux comme une humiliation. Et que dire des Mosellans, qui doivent se sentir quasiment ostracisés comme incapables provinciaux !

Je ne vois pour ma part dans cette attitude que celle de tous ceux qui aujourd’hui nous dirigent : mépris et rejet  pour tout ce qui ne s’accorde pas à leur dogme, dont la rigueur budgétaire est bien  la première exclue.

 

 

 

 

Au Champ de Mars, ce n'est pas la vérité qui compte, c'est le mensonge !

La » manif pour tous » et ses participants n’ont décidément suscité que mépris de la part du chef de l’état.

Le mariage qu’il veut permettre pour TOUS, il n’en a rien à faire pour lui-même, qui est père de quatre enfants dont il a tout de même floué la mère. Elle n’était pas contre pourtant, Ségolène, elle en rêvait sans doute, elle y croyait encore, en 2006, comme l’ont rapporté alors les journaux, et pas seulement « people » qui suivent de près ce genre d’évènements.

Alerte enlèvement
Champ de mars le 13 janvier 2013

340.000 personnes, c’est le chiffre auquel il prétend  limiter  le nombre de manifestants. Aujourd’hui, la Préfecture insiste.

Qu’auraient dit Michel Polnareff ou Johnny Halliday si on avaient lors de leurs prestations, diminué ainsi de plus de la moitié le nombre de leurs spectateurs ! (800.000 pour Johnny)

champ de mars
Champ de mars aux JMJ de Paris

Car nul n’ignore à Paris (et même ailleurs) ce que peut contenir ce Champ de Mars, quand il est plein d’une foule en liesse : 800.000 personnes, sans compter les allées latérales. Ceux des JMJ s’en souviennent, ils étaient 1million 200.000 !

Que dit-on d’un Etat où le mensonge peut s’afficher aussi ouvertement ? Où l’on méprise ainsi la vie des autres, les opposants ?