Heureusement, Paris (rose) n'est pas toute la France : le Limousin lui-même a viré au bleu !

Gare de Limoges
Gare de Limoges

Je tiens à présenter ici toute ma sympathie à Mme Kosciusko -Morizet qui me semblait comme à tant d’autres la candidate idéale pour rendre à Paris sa splendeur. Las, elle a perdu. Toutes mes condoléances, donc, aux Parisiens qui vont devoir subir le pire de ce qu’ils n’osaient imaginer pour leur ville, et pour leur vie de tous les jours. NKM les aura prévenus.

Paris n’étant pas la France, ce fut ce soir autour de moi une explosion de joie au vu des résultats. La presse média tellement marquée à gauche préférait encore, et Mme Elkrieff s’y entend, agiter à tout va le chiffon rouge d’un Front National qui, tous comptes faits, n’a pas déferlé sur les communes de France. Il est d’ailleurs probable que la plupart de ses conseillers élus contribueront à remettre de l’ordre là où d’évidence il manquait.

Mais le comble est sans doute ce fait inespéré : la chute du PS en Limousin et surtout à Limoges où il régna en maître depuis plus de cent ans. Ce fief jadis imprenable, symbole des luttes sociales vient de tomber dans l’escarcelle d’une droite qui a, enfin, réussi à convaincre de ses bienfaits et à se faire entendre. Il était temps !

Pour autant, il nous faudra trois ans encore subir un président que la moitié des Français déjà n’avaient d’emblée pas choisi et que les trois quart de l’autre moitié rejettent complètement. Cela fait un curieux score pour un élu de peuple. D’autres constitutions que la nôtre permettraient son éviction. Certains, de plus en plus nombreux, rêvent de sa démission.

C’est logiciel, c’est libre et c’est à Limoges : Linux à la BFM

Je me dois tout de même d’en parler ici, puisque je suis après tout un usager actif de tous ces logiciels libres mis fort gracieusement à la disposition du public,  par la communauté GNU.

A moi donc, comme à tant d’autres, les Firefox, Thunderbird, Openoffice et autres logiciels libres qui fonctionnent en dehors du géant américain (que je ne nommerai pas ici), sans s’imposer.

Pour la quatrième fois consécutive, Limoges est en novembre un pôle de liberté cybernétique, si je puis dire, dans l’antre lumineuse de sa belle Bibliothèque.

A tous ceux qui douteraient encore des charmes de cette ville, je renvoie à quelques belles images d’une cité trop longtemps décriée à plus d’un titre, et d’abord celui de ses garnisons appelées maintenant à disparaître, mais qui demeure, au-delà du temps, celle du Feu et de ses Arts, celle aussi d’Auguste Renoir.

Musique sacrée : création d’un Grand Choeur Diocésain à Limoges

Qui chante deux fois prie, disait Saint-Augustin. A l’heure ou celui de Strasbourg a semble-t-il cessé d’exister, c’est donc une grande nouvelle que la création d’un  Choeur Diocésain à Limoges, dont l’objectif immédiat est l’accompagnement de la Messe d’Action de Grâces qui sera célébrée ce 21 septembre en notre Cathédrale Saint-Etienne par Mgr Christophe Dufour pour son départ, mais aussi de toutes les grandes célébrations à venir, parmi lesquelles l’ouverture de nos futures  Ostensions septennales, en avril prochain.

L’appel en a été lancé le 7 septembre dernier à tous les chanteurs, professionnels ou non, individuels ou en chorales par M. Régis Maingot, acteur décisif de notre Diocèse à qui devons entre autres,  et depuis deux saisons,  l’organisation des concerts d’orgue (gratuits) tant appréciés les  dimanches d’août

Partition pour orgue du choral de J.S. Bach
Partition pour orgue d'un choral de J.S. Bach

Et les chanteurs  ne manquent pas dans notre région.

Les volontaires seront ainsi recensés avec précision afin que soit constituée une base de données et  de travail efficace pour  répondre aux différents besoins ou souhaits des paroisses et de leurs clochers.

Certains  sont de ce point de vue  plus démunis que d’autres. Les uns disposent déjà de quelques voix ou de groupes plus ou moins formés, les autres de la présence d’un instrument. Mais la plupart d’entre eux font ce qu’ils peuvent, avec les moyens (souvent réduits) dont ils disposent. Le résultat musical n’est pas toujours très convaincant, eu égard à la beauté requise pour les chants liturgiques et à la Musique sacrée, qui fait par ailleurs l’objet de tant de Festivals et la joie d’autant de profanes souvent aussi détracteurs de notre Eglise, mère des Arts.

Le Service Diocésain de Musique Sacrée animé par le Père J.M. Gaudron permettra  à  court terme de nourrir le registre de toutes nos paroisses, de les aider et de les accompagner, pour que nos messes soient tout simplement plus belles encore,  en leur déléguant le cas échéant chanteurs ou chefs de choeurs lors de certaines célébrations.