Archives de Tag: Juppé

Le but inavoué mais atteint des « Primaires de la Droite » : Éliminer Nicolas Sarkozy

sophieschoiceJe fais partie de ces 800000 Français dont la fidélité au « Boss » aura été jusqu’au dernier instant indéfectible. Comme eux je fus, dimanche soir, abasourdie par le nombre réduit de ses suffrages. Comme eux je me sens déçue, vidée, incomprise et abandonnée.

M. Sarkozy lui-même était probablement conscient de ce qui l’attendait, et pas seulement pour cette primaire : tant de chausse-trappes lui ont été tendues sans cesse, depuis 10 ans !

Son attitude et son discours, à l’instant de son cuisant échec, ont été d’une grande noblesse. Ce n’est pas pour rien que Jean d’Ormesson, dans sa grande acuité, l’a qualifié d’homme d’exception. Une exception que les Français de gauche comme de droite ont néanmoins majoritairement rejetée. Dont acte.

M. Sarkozy n’a livré aucune consigne, indiquant simplement son propre choix : celui de soutenir celui qui fut 5 ans, fidèlement d’ailleurs, son Premier Ministre : François Fillon, choisi par près de 2 millions de voix.

M. Fillon présente, il est vrai, un excellent programme. Des réformes que ce pays, en 30 ans, n’a pas su faire et qui l’on mené où il est. Des réformes que la plupart des gens « de gauche » (et même de droite) ne sont pourtant pas prêts à affronter.

L’état de notre Enseignement est tel que l’idée même de capital, de richesse, d’entreprise créatrice d’emploi apparaissent encore à la plupart des gens comme une insulte à leur propre condition. « Faire payer les riches » ne sert pourtant qu’à les faire fuir comme on le voit depuis 5 ans. L’impôt dilapidé en aides injustifiées, en travaux inutiles, en emplois déguisés ne mène finalement à rien qu’à la stagnation d’une économie insuffisante à assurer notre prospérité et à intégrer de façon « heureuse » une quantité inconsidérée de migrants économiques acculés chez nous à la pauvreté.

C’est de cette insuffisance et de cette misère orchestrée que se nourrit ce socialisme d’un autre âge qui ruine notre pays. C’est de CELA que M. Fillon voudrait nous débarrasser. Tout comme l’ont fait il y a longtemps déjà la Suède puis l’Allemagne, modèles incontestés de prospérité ET de démocratie.

C’est pour cette raison que, sans plus d’état d’âme, j’irai dès dimanche soutenir sa candidature et faire barrage à son co-listier qui ne propose finalement pas autre chose qu’une triste continuité et qui aurait au moins pu avoir, compte tenu de son score et de son ambiguïté, l’élégance de se retirer.

Publicités

1 commentaire

Classé dans élections, politique

Ce vain mot de « LAÏCITÉ FRANÇAISE »

Docu de Nadia El Fani, 2011

Affiche du documentaire de Nadia El Fani, Fr/Tun, 2011

Comme tant d’autres sans doute, je bouts littéralement de voir ce vieux mot grec, « laïcité » encensé par les Lumières et pilier de notre Constitution, aussi curieusement interprété chez nous. Notre 5ème République est réputée laïque, ce qui écarte a priori de la conduite de l’État tout influence religieuse, quelle qu’elle soit. Force est de constater aujourd’hui qu’il n’en est rien, ou plutôt que certaines religions y pèsent plus que d’autres.

C’est le cas de la plupart des formes de l’Islam, le terme même de Musulman et de tout ce qui y renvoie étant désormais inclus dans l’espace public, comme nous le rappelle le port du voile et du niqab interdits mais cependant tolérés, des régimes halal des cantines de nos enfants et des horaires adaptés des piscines, centre sportifs et d’activités aménagés pour que les femmes n’y rencontrent pas les hommes. Toutes choses contraires à nos lois et coutumes, jour après jour transgressés pour ne pas nous dit-on « stigmatiser » ces populations qui sont pour la plus grande part de nationalité française.

Ce n’est pas le cas de toutes les formes du Christianisme, le terme même de Chrétien comme de tout ce qui y renvoie étant désormais exclus de l’espace public, comme nous le rappelle, après la célébration très médiatique du « Ramadan », la suppression des fêtes calendaires et de toute terminologie chrétienne (à l’exclusion du Noël mercantile) et plus récemment la triste affaire des « Prêtres » qui occupe aujourd’hui un certain nombre de medias. Le chrétien, en France, semble à proscrire, ce qui est faire bien peu de cas de notre histoire et surtout de notre culture françaises, fondées sur et par cette religion.

Commentateurs et politiciens dénoncent aujourd’hui, non sans étonnement, un courant islamophobe qui gagnerait nos territoires, comme il a déjà gagné d’ailleurs ceux de nos voisins. Ils prétendent, les yeux grand fermés, que cette « religion de paix » doit être accueillie chez nous avec la générosité qui nous caractérise. Ils n’hésitent pas à récuser vertement toute idée même de soumission à ce que ses courants plus radicaux induisent, parce que dans la plupart des cas, il n’en connaissent rien.

Ceux là-mêmes qui pratiquent une « religion de paix » sont les premiers à se soumettre, parce qu’ils n’ont pas d’autre choix face aux radicaux rêvant d’instaurer leur Califat sur le monde en réduisant d’abord à néant tous les chrétiens d’Orient et les valeurs de l’Occident.

Faire appliquer nos lois chez nous serait aussi, ici, pour eux, une façon, non pas de les stigmatiser, mais plutôt de les défendre. Et de nous respecter.

1 commentaire

Classé dans Billet d'humeur, Céleste Brume, justice, politique, société