Cette Europe généreuse et garante de paix que des peuples récusent aveuglément

60 ans de paix entre des peuples qui, des siècles durant, se sont affrontés dans les larmes et le sang, cela vaudrait quand même d’être souligné : La neutralité de la République d’Irlande pendant la dernière guerre mondiale a évité à ses ressortissants d’y prendre part. Il est vrai qu’ils ont connu d’autres soucis. Le niveau de vie des Irlandais, en 1960 était assez lamentable malgré les aides accordées par le Plan Marshall, dont ils avaient pourtant bénéficié.

C’est pourtant en rejoignant l’Europe, en bénéficiant de ses aides que les Irlandais ont commencé à se relever pour devenir, au cours de la dernière décennie, l’un des 10 pays les plus riches du monde.

Certes, l’Europe n’est pas seule en cause, et des politiques intérieures bien menées n’y sont pas étrangères. Mais enfin, l’essor de tous les adhérents de ce vaste projet est connu et réel.

Dommage que les peuples n’en retirent que les mauvais aspects, largement diffusés par les medias et tout aussi largement utilisés par leurs dirigeants qui se retranchent volontiers derrière.

Ce qui intéresse les peuples d’Europe, c’est le foot. Il n’est que d’écouter les radios ce matin, de lire les titres des communiqués : « la presse italienne croit au miracle » (Le Figaro, 14 juin). On croit rêver à un europtimisme : que nenni : c’est du foot, qu’il s’agit !

Pauvre Europe, si malmenée, si peu comprise, si peu expliquée, sans doute.

Rien n’est plus fragile que la paix. Les peuples d’Europe seraient avisés d’y songer. Et les medias de réfléchir, avant de toujours dénoncer.

Publié par

Céleste Brume

quelques mots, au coin du bon sens...que je ne cesse de ressasser depuis.... le piège de Chirac en 2002, le matraquage anti-Sarkozy en 2007, le matraquage pro-Hollande en 2012 et le triomphe de la com' Macron en 2017. Pour que la France DEMEURE.

Une réflexion sur “Cette Europe généreuse et garante de paix que des peuples récusent aveuglément”

  1. La guerre en Europe, cela n’a-t-il pas commencé dès l’Antiquité ? Avec des phases plus ou moins aigues. L’une a même duré un siècle entier, ruinant très largement les contrées paysannes qui n’en pouvaient mais. Les cavaliers et les troupes à pied allaient à droite, allaient à gauche, sans le plus petit minuscule respect pour le malheureux peuple qui comptait dans sa tête, impuissant, les ravages que son petit bien subissait.

    Au début seul l’ego des puissants provoquait ces accès de folie. Mai le 19ème siècle, en ceci comme en bien d’autres choses, a innové. Les peuples ont été travaillés par le moyen de la propagande, plus une fourche dans les reins, la conscription, pour que ces guerres deviennent « leur » guerre… C’est probablement Napoléon, le premier, qui a inauguré ainsi ce que l’on appelle la guerre moderne, la guerre des peuples les uns contres les autres. Les autres potentats n’ont pas tardé à suivre.

    Le vingtième siècle a atteint des sommets. La propagande s’est affinée. Elle s’appuyait sur l' »Idéologie ». Au 20ème siècle, celle-ci mit à son actif plusieurs centaines de millions de morts.

    Qu’en sera-t-il demain ? Aujourd’hui la « Religion » devient le prétexte. Combien de morts à venir ?

    Mais comment ose-ton mêler ainsi la (les) Religion à de sombres questions de pouvoir et d’intérêt. Pour ceux qui pratiquent l’une ou l’autre d’entre elles, inculquée depuis le plus jeune âge, ils savent bien de quoi il s’agit. Aucune religion ne prône la violence. Sauf si l’on écoute quelques très dangereux allumés, qui on tout lu de travers. Nous assistons donc à la plus honteuse des perversions de l’esprit humain : faire de la Religion, quelle qu’elle soit, un incitateur au massacre des « infidèles » (mot largement partagé par différentes croyances).

    —-ooooXXXXoooo—-

    Chère Anne, vous dites que la paix dure maintenant depuis 60 ans. Oui, si on excepte quelques petits troubles à droite et à gauche, insignifiants, sauf peut-être pour ceux qui se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment. Et bien sûr en réduisant notre paysage au continent européen. Quoiqu’on puisse penser de la guerre froide entre l’Ouest et l’Est, dont le terrain était justement l’Europe, elle a fait beaucoup moins de morts qu’une guerre qui aurait été « chaude ».

    Mais à qui devons nous cette ère bénie ?

    J’y vois plusieurs causes possibles : la lassitude des peuples, la dissuasion nucléaire, le bien-être et le développement économique, la réconciliation des peuples, la sagesse ?

    La lassitude des peuples ? N’est-ce pas elle qui a conduit beaucoup de Français sur les routes en 40, préférant en somme l’infamie et la débacle à un nouvel affrontement qui promettait d’être rude et sanglant, vu l’individu qui régnait de l’autre côté du Rhin. Les générations n’avaient pas oublié la première, la « grande », 4 ans d’enfer pour les combattants, chaque ville et village de France avec sa longue liste de « morts pour la France ». N’est-ce pas cette lassitude qui a conduit les allemands des années 60 à dire : « plutôt rouge que mort », ou, sous une forme plus imagée (cité dans Une femme à Berlin, journal du 20 avril au 22 juin 1945, édition Folio n° 4653) « plutôt un Ivan sur le ventre qu’un bombardier américain au-dessus de la tête ».

    Ne nous méprenons pas, lisons un autre extrait de ce livre très remarquable : « Et d’ailleurs, qui aurait le droit, face à un [tel] destin collectif (l’arrivée des troupes russes à Berlin en 1945), d’invoquer des critères de moralité qui ne peuvent s’appliquer qu’à l’individu ? Certainement aucun homme ! – car trop nombreux furent ceux qui, face à la mitraillette, se virent contraints et forcé de dire à la femme ou à la fille – « Allez, vas-y ! » Que celui qui ne s’est jamais trouvé face à un pistolet mitrailleur se taise. » Commentaire de l’éditeur C.W. Ceram.

    La dissuasion nucléaire ? Vaste sujet, trop vaste pour cette réponse. Mais la dissuasion est toujours là, fidèle au poste.

    Le bien-être et le développement économique ? Tout le monde critique la « Société de consommation », mais en profite… Grands malheureux, la bouche pleine.

    La réconciliation des peuples ? Oui, il faut le dire. Deux grands chrétiens en ont eu l’idée, au sortir de la boucherie. Le projet d’un rassemblement politique des peuples européens en est sorti, avec comme espoir que l’institution perenniserait ce grand rapprochement affectif entre la France et l’Allemagne, principaux fauteurs de troubles de l’époque. A chaud tout était possible, dans l’euphorie de la fin d’une guerre qui avait brassé les hommes les idées, les conduites, depuis le saint jusqu’au parfait salaud.

    Je crois qu’on ne pourra jamais glorifier comme il conviendrait l’intuition de ces deux grands hommes. Depuis, tous les reponsables ultimes de nos pays se sont pliés à l’exercice, photos historiques, on peut employer ici ce mot souvent galvaudé.

    Ce n’était pas un geste unique. il y eut l’Entente cordiale, entre Victoria et Napoléon III (tableau au Musée de la Marine à Paris). Beaucoup plus tard, la politique de réconciliation nationale en Afrique du Sud, possible grâce à Mandela et à son homologue blanc Frederik de Klerk, passant par une courageuse politique de Pardon.

    La Sagesse ?

    —-ooooXXXXoooo—-

    Chère Anne, vous avez raison, le foot, le foot, le foot…

    N’est-il pas une variante de la déconfiture de (19)40 ? En partie certainement. Mais ne vaut-il pas mieux s’affronter pendant une heure et demi sur un terrain neutre et balisé, avec un arbitre tout-puissant plutôt que sur le terrain et le dos des populations civiles et autre chose qu’un ballon en cuir ? Après tout n’est-il pas profondément symbolique que l’usage des bras et des mains soit interdit dans ce sport ?

    Le sport canalise les énergies excédentaires (http://www.us-montmelian.com/equipes.html avant dernière ligne de la page Internet).

    Mais je pense qu’il ne faut jamais sous-estimer la valeur des Français. Il y a eu bien sûr la Révolution française de 1789, mais aussi : Jeanne-d’Arc, La Furia francese au XVIème siècle, Les soldats de l’an II et Valmy, la Résistance à l’occupant, la prise de Monte Cassino par les tirailleurs marocains (http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/17/5/1/a/48415/la_bataille_de_monte-cassino.shtml), l’épopée de la 2ème DB, sous les ordres de Leclerc (http://www.saosnois.com/musee-guerres/2emeDB/2eme-db-avant-debarquement.htm), Bir Hakeim, le Putsh des généraux à Alger, mai 68 … Et tellement d’autres, glorieux parfois, méprisables quelquefois. Ne peut-on dire que le peuple veille ?

    —-ooooXXXXoooo—-

    S’il fallait une conclusion, ne serait-elle pas que : je dis oui à l’Europe que nous essayons de construire dans la douleur, car pour nous européens, c’est l’espoir de la fin d’un ou deux millénaires de barbarie.

    N’est-ce pas par là qu’il faudrait commencer ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s